Vendredi 26 août 2016

Présentation

Le Centre d'Etude et d'Action Sociales d'Alsace est une association rattachée à la Direction des oeuvres sociales et charitables du Diocèse de Strasbourg.


Retrouvez la vigueur des papes et du Concile sur les grandes questions sociales depuis le XIXe siècle, ainsi que le contexte historique et politique dans lequel ils s’inscrivent. Découvrez aussi les principes structurants d’une «doctrine sociale» et les grands thèmes abordés par l’Église catholique. Et suivez sur le site du Ceras la fabrique de la doctrine sociale.

La pensée sociale de
l'Eglise catholique en ligne


Le Service national famille et société de la Conférence des évêques de France, appelé antérieurement Commission Sociale de l’Épiscopat, nous informe de la mise en ligne du nouveau site sur la pensée sociale de l’Église catholique : www.penseesociale.catholique.fr

Vous trouverez sur ce nouveau site, non seulement les grands textes de l’Église (Encycliques, décrets, exhortations apostoliques,…)  et les déclarations de l’épiscopat français, mais aussi des liens avec les sites du Conseil Pontifical Justice et paix, du Conseil Pontifical pour la Famille… ou d’autres textes de la doctrine sociale de l’Église sont accessibles. Une série de réflexions menées par des évêques,  des théologiens, des chercheurs en sciences humaines est également mis en ligne et renouvelée régulièrement au fil des événements.
Il comporte les chapitres suivants :
- Famille et Société
- Économie
- Politique
- Santé
- Droits, libertés et paix
- Recherche et Innovation.

A partir de ces chapitres, il donne aussi des informations sur le travail, les recherches, le partage d’expériences des différentes « Pastorales » rattachées au Service National des Questions Sociales et Familiales, à savoir : 
- Pastorale Familiale
- Aumônerie des Prisons
- Justice et Paix
- Pastorale du Tourisme
- Pastorale de la Santé
- Aumônerie Établissements Santé
- Pastorale Personnes Handicapées
- Antennes Sociales.

Ce site favorisera donc une meilleure connaissance des grands principes fondamentaux de l’Église qui permettent à chacun d’actualiser l’évangile dans son existence quotidienne grâce aux repères qu’ils contiennent, grâce aux nombreuses entrées possibles et aux nombreuses rubriques. Aussi nous vous invitons à diffuser l’adresse de ce site à celles et ceux qui sont en recherche de tels repères. Nous vous invitons à faire connaître ce site à tous ceux qui ont besoin de références dans leurs mouvements, les services, les paroisses, les communautés religieuses, pour leur travail apostolique.

Qu’est-ce que la Pensée Sociale de l’Église ?
Appelée aussi Doctrine Sociale de l’Église, ou également enseignement social, ce terme regroupe l’ensemble des textes de l’Église catholique qui décrivent la position de l’Église en matière sociale. On considère que le texte fondateur est l’encyclique Rerum Novarum (Des choses nouvelles) du pape Léon XIII, publiée en 1891.
La pensée sociale de l’Église résulte d’une observation des réalités sociales, économiques et politiques vécues par les hommes de notre temps et de sa confrontation avec l’Évangile et les grands principes de la pensée sociale déjà mis en lumière dans le Compendium de la doctrine sociale.
La pensée sociale de l’Église se base sur des grands principes fondamentaux, applicables aux conditions de vie de l’homme dans la société, à savoir :
- Le principe de dignité de tout être humain
- Le principe du bien commun et de la destination universelle des biens
- Le principe de réalité
- Le principe de subsidiarité
- Le principe de participation
- Le principe de solidarité
- Le principe de laïcité
- Le principe de liberté de conscience et de liberté religieuse

L’Église existe au cœur de notre société. Elle dit des paroles de vie sur de nombreux sujets qui touchent les hommes et les femmes de notre temps. Elle leur offre des critères de discernement pour conduire leur vie au nom de Jésus-Christ. Le site de la pensée sociale de l’Église sera donc un des chemins d’accès à la vérité sur l’homme que la Révélation nous dévoile.
 

 

Actualités du CEAS d'Alsace

Les rendez-vous de l'éthique publique

Visioconférence - Stammtisch

En partenariat avec le Foyer de l'étudiant catholique (FEC) et les Semaines sociales de France, retransmission des conférences-débats sur l'éthique publique (toujours à propos d'un sujet d'actualité), organisées tous les mois par le Centre Sèvres - Facultés jésuites de Paris.

Titre à venir

Mercredi 14 septembre 2016 à 18 h au FEC, 17, place Saint-Etienne
avec
Nom, titre
Nom, titre

Débat animé par M. François Boëdec.

Argumentaire

La discussion se poursuivra à Strasbourg au FEC de manière conviviale.

Prochains rendez-vous de l'éthique publique :
12 octobre 2016
16 novembre 2016
14 décembre 2016
11 janvier 2017
15 février 2017
15 mars 2017
12 avril 2017
10 mai 2017
14 juin 2017

 

Charte

Objectifs

Dans un monde en perpétuelle mutation, des chrétiens, interpellés par la dynamique de l'Evangile et réunis au sein du CEAS d'Alsace, tentent de répondre aux défis de nos sociétés contemporaines.
Le CEAS d'Alsace, association rattachée à la Direction des oeuvres sociales et charitables du Diocèse de Strasbourg, entend ainsi :

  • Offrir un lieu de rencontre, de réflexion et d'action pluriel et pluridisciplinaire du social, de l'économie et du politique.
  • Permettre un engagement social chrétien au plan local, dans l'attachement à l'Enseignement Social de l'Eglise - patrimoine que l'Eglise a acquis progressivement en puisant à la Parole de Dieu, en prêtant attention aux pauvres, aux exclus et aux situations changeantes des peuples aux diverses époques de l'histoire, et en articulant entre elles les trois dimensions "théorique", "historique" et "pratique".
  • Etre un lieu d'information et de formation, d'étude et de conseil au service de l'Eglise diocésaine.
  • Favoriser la collaboration oecuménique et interreligieuse sur les sujets de société et d'actualité.
  • Replacer dans leurs composantes sociétale, environnementale et internationale, les questions d'une juste organisation de la vie sociale, pour la dignité de la personne humaine et pour le bien commun.

Moyens

Sur les bases du partenariat et de la coopération, ouvert au dialogue oecuménique et interreligieux, au pluralisme et au respect de la liberté de chaque personne, le CEAS d'Alsace :

  • Organise colloques, tables rondes, symposiums, cercles d'étude ou de lecture, formations, informations, etc.
  • Donne mission à des commissions spécifiques de proposer problématiques d'étude et solutions, dans le cadre des orientations définies par le Comité directeur.
  • Développe des actions communes avec des partenaires institutionnels publics ou privés, notamment les mouvements d'Eglise, syndicats, associations familiales, organismes économiques et sociaux, institutions universitaires et internationales...
  • Communique ses travaux par des moyens appropriés au plan local, national et international, notamment aux acteurs de la vie culturelle, sociale, économique et politique, ainsi qu'à ses partenaires.
  • Rassemble, promeut et diffuse les travaux "sociaux" déjà accomplis par d'autres services d'Eglise.
  • Assume la fonction d'Antenne Régionale en Alsace des Semaines Sociales de France.

Comité directeur & bureau

Président : Bernard Deck
Secrétaire général : André Vierling
Membres du bureau : Antoine Fabian (vice-président), Eric Sander (vice-président), Chanoine Lucien Hoffer (vice-président honoraire), Marie-Louise Germond (secrétaire générale adjointe), Annick de Montgolfier (secrétaire générale adjointe), Michèle Schwetterle (trésorière), Emmanuelle Vierling Kovar (trésorière adjointe), Marc Feix (aumônier)
Membres du comité directeur : Bernadette Bernardin, Francis Messner, Jean-François Kovar, Roland North, Jean-Claude Gonon, Albert Rosenstiehl

Télécharger le rapport d'activité présenté à Mgr Jean-Pierre Grallet le 28 avril 2008 à l'occasion de sa rencontre avec le bureau du CEAS d'Alsace

Mieux connaitre les responsables du CEAS d'Alsace

Nom en construction
   

 

Bulletins d'adhésion

Cliquez ici pour télécharger le bulletin d'adhésion.

Structure du centre d'étude

  • Formations
  • Cercle de lecture
  • Semaines Sociales d'Alsace
  • Centre de documentation
  • Conseil scientifique

Historique

Le Secrétariat social d'Alsace (CEAS d'Alsace à partir de 1965)

En décembre 1933 Jules Billing, licencié en théologie à Strasbourg, ordonné prêtre en 1930 et à son retour de l'Institut catholique de Paris (licence en droit canonique) et l'Ecole des Sciences sociales et politiques et de l'Ecole des Missionnaires du Travail de l'université catholique de Lille (licence en sciences politiques et sociales), est nommé par Mgr Ruch directeur des oeuvres sociales, économiques et professionnelles et en même temps directeur de la JOC. Un petit cercle se réunit autour de lui, pour créer à la demande de Mgr Charles Ruch le Secrétariat social d'Alsace, chargé de coordonner dans le cadre de la CARITAS les différentes organisations sociales. C'est chose faite en 1935. Son président fondateur sera Ernest Thiele, avec deux vices-présidents : Jules Billing et Pierre Pflimlin, jeune avocat inscrit depuis peu au barreau de Strasbourg.

En septembre 1939, lors de l'évacuation d'un tiers de la population alsacienne, le secrétariat social est engagé à Périgueux et dans les départements du Sud-Ouest pour l'entraide aux réfugiés, tout en maintenant ses activités en Alsace, assurant une liaison entre les deux régions, en particulier pour l'entraide et le regroupement entre familles dispersées. Le Secrétariat social est une des premières victimes de l'emprise nazie. « C'est en 1944 que, indique l'historien Christian Baechler, le Secrétariat Social d'Alsace se consacre, sous l'impulsion du chanoine Jules Billing, en priorité aux besoins sociaux de première urgence l'aide morale, matérielle et juridique aux sinistrés. [...] Le 15 mars 1945, le "Groupement social des victimes de la guerre et des sinistrés d'Alsace [...] voit le jour et va rendre durant de longues années, d'inestimables services par ses conseils juridiques, ses interventions et sa collaboration avec le MRU (Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme), les ICS [Intellectuels Chrétiens Sociaux], grâce notamment à M. Willer frère du directeur du FEC [Frère Médard]. L'étude des problèmes sociaux à plus long terme pour l'information et la formation d'une opinion publique d'où pouvaient émerger des militants sociaux, est prise en charge par les Pères Bernard et Claude. Beaucoup de paroisses, outre des "cercles d'études", organisent alors des "dimanches sociaux" pour la formation de militants avec les responsables du secrétariat social. »

Martin Hoffarth, jeunes prêtre ordonné en 1950 autorisé par Mgr Jean-Julien Weber à poursuivre des études à Lille à l'Ecole des Sciences sociales et politiques et l'Ecole des Missionnaires du Travail de l'université catholique, est nommé aumônier du Secrétariat social d'Alsace. Il « créa, selon son biographe Jean-Pierre Kintz, tout un réseau de cercles et d'équipes sociales à travers le diocèse. Pour maintenir un lien entre les militants, il fonda en 1954 le bulletin "Equipes sociales d'Alsace". » Alphonse Irjud relève de son côté dans 100 ans de catholicisme social en Alsace que « dans cette période d'après-guerre où les structures sociales allaient connaître de profondes mutations, le champ d'action était immense et complexe : les deux tâches, information et formation en matière sociale, intimement mêlées, nécessitent une attention constante aux problèmes à étudier, aux crises latentes ou présentes, et d'autre part un contact permanent avec tous les organismes économique ou sociaux, les administrations et les collectivités locales. [...] "Equipes sociales d'Alsace" [offre] à côté de plusieurs dossiers factuels, une réflexion chrétienne sur les questions et conflits d'actualité, avec, aussi, des brochures spécialisées : guide pratique de la famille, de la sécurité sociale, [de l'élu local], etc. Journées d'études, stages de formation, congrès, à chacun de ces niveaux, l'intérêt est attiré, à la fois, sur les perspectives de l'évolution économique et sociale, et sur l'aspect particulier et les conséquences dans le cadre régional de l'Alsace. Formation professionnelle des élus locaux, transport des ouvriers, condition de vie des femmes, convention collective des gens de maison, comités d'entreprises, travailleurs frontaliers, licenciements collectifs avec les crises de Pechelbronn, dans le textile, la métallurgie, main d'oeuvre excédentaire dans l'agriculture formant un nouveau prolétariat, enquêtes sur la situation des travailleurs nord-africains en Alsace, déjà, (en 1955) avec, en complément une intervention de la JOC à la préfecture à propos de l'expulsion de 250 Nord-Africains à la suite de la fermeture du foyer d'hébergement dans une caserne (cette action obtint la construction d'un véritable foyer pour jeunes travailleurs nord-africains), sessions d'études rassemblant responsables politiques et économiques, chambre de métiers, militants d'action sociale : ce travail de réflexion et d'action ne va pas sans référence constante à la pensée sociale de l'Eglise, pour en suivre l'évolution progressive depuis les premières encycliques sociales de la fin du 19ème siècle. Tâche indispensable mais difficile, comme le souligne un texte adopté lors d'un stage (en 1957) : "Les participants déplorent que la doctrine sociale de l'Eglise soit quasiment ignorée de la part des laïcs et rarement enseignée par les prêtres." » « Le développement de ces activités explique, selon Jean-Pierre Kintz, la transformation en 1965 du secrétariat en Centre d'Etude et d'Actions Sociales (CEAS), où oeuvra également Emile Baas. [Martin Hoffarth] fut également à l'origine de la création en 1960 du Centre de Formation et de Culture Sociales (CFCS) pour les élus locaux et du Centre de Formation pour le Patronat Chrétien (CFPC) pour les chefs d'entreprises chrétiens. » Il est secondé dans son travail par un Secrétaire général permanent et salarié Camille Nachbar. De 1969 à 1975, Martin Hoffarth va collaborer avec l'abbé Lucien Hoffer, lui aussi licencié du même institut catholique de Lille et nommé par Mgr Léon-Arthur Elchinger aumônier du CEAS du Haut-Rhin. Martin Hoffarth sera le dernier prêtre alsacien à exercer un mandat politique : il est élu Conseiller général du canton de Seltz en 1970, réélu en 1977. Il décède en 1979.

Le CEAS d'Alsace est présidé depuis 1977 par Bernard Deck et c'est au départ à la retraite de Camille Nachbar qu'il se donne un secrétaire général bénévole André Vierling. Après une réflexion sur ses missions le CEAS d'Alsace voit Mgr Charles-Amarin Brand nommer un nouvel aumônier diocésain en 1995. Il s'agit de l'abbé Marc Feix, ayant un doctorat en théologie à Strasbourg et une maîtrise en sciences sociales de l'Institut d'études économiques et sociales de l'Institut Catholique de Paris. Marc Feix est aumônier départemental du Mouvement Chrétien des Cadres et dirigeants (MCC) de 2000 à 2007. Depuis 2001, il est aumônier régional des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens (EDC, ex-CFPC). En 2002, Mgr Doré le nomme Délégué épiscopal aux Affaires européennes. Il est chargé de cours en éthique et théologie morale à la Faculté de théologie catholique de l'Université de Strasbourg depuis 2004.

Archives

Documents à Télécharger
Intitulé Date Fichier
Déclaration Elections Régionales 2010 06/03/2010  PDF
Déclaration Election présidentielle 2012 18/04/2012  PDF
Déclaration Referendum Alsace 2013 07/04/2013  PDF
     
     
     
     
     
     

© 2007 CEAS d'Alsace